Ce triclinium a livré un décor exceptionnel. La partie basse du décor mural était de faux  marbres peints, en partie cachée par les lits  des convives. Au-dessus se dressait une architecture en trompe-l’oeil  constituée de colonnes aux chapiteaux corinthiens et  couronnée par une tenture verte.  Deux personnages grandeur nature s’y tiennent : Une victoire ailée brandissant un bouclier  Un génie tenant à la main droite une patère et portant sur  son bras gauche une corne d’abondance. A droite, un édicule abrite un soldat romain s’appuyant sur sa  lance. Un buste d’Apollon lauré, protecteur de l’Empereur, domine la  scène. Un personnage pouvant être identifié comme étant un magistrat  complètait le tableau à gauche.  L’ensemble peut être considéré comme étant une manifestation  du culte impérial, représentation exceptionnelle dans un habitat  privé.   Le décor de la voûte était fait d’une plate-bande avec faux caissons et portraits de divinités dont celui d’un Dioscure. D’autres scènes nous sont parvenues : Amours chasseurs, Léda et le cygne, nymphe et satyre, centaure, allégories...